Business Insights

Articles, news et prochains evenements

Les mondes du Facility Management et des Espaces de travail sont, par définition, très mobiles et évolutifs.

Vous trouverez sur ces pages des articles techniques, des nouveautés, des bilans de participations à des congrès et conférences auxquels Spaceonmove a participé ainsi que des prises de position ou “billets d’humeur” qui devraient pouvoir vous donner un éclairage particulier dans ces deux domaines. Bonne lecture.

L’art du compromis à la place de travail

Nous constatons deux tendances totalement inverses dans le monde du travail : un retour au rigorisme pour certaines choses et/ou un laisser-faire presque inconvenant pour d’autres. Sont-ce les entreprises atteintes d’une forme de délire collectif ?

Commençons par la première forme car le mode « binaire » semble (re)devenir la norme. Les marges de tolérance deviennent ténues pour ne pas dire inexistantes. Nous sommes parvenus au « juste ou faux » sans aucunes marges. Cela peut parfaitement s’expliquer ou se comprendre pour certains domaines, bien que le côté noir-blanc freine l’efficience et place le bon sens et le pragmatisme dans la marginalité.

A l’inverse, le modèle participatif – avec tout ce que cela suppose – prend le dessus. Il faut inclure tout le monde pour décider, chercher à considérer tous les avis, même les plus minoritaires, sous peine de se faire accuser de dirigisme aigu. Cette crainte de décider (en argumentant bien évidemment) semble faire de plus en plus défaut chez des managers.

Tout cela semble étonnant pour un « boomer » que je suis, alors que cela ne semble poser aucun problème aux plus jeunes : cette forme d’incohérence d’ensemble satisfait-elle tout le monde ou est-ce simplement la perte totale de repères et un monde qui part en déliquescences qui les paniquent ? La question reste ouverte…

Nous nous focalisons sur les espaces de travail, tant le domaine est vaste et même s’il s’applique à toute une série d’autres aspects dans l’entreprise.

Un grand nombre de sociétés du secteur tertiaire optent toujours et encore pour un seul modèle de travail alors que les fonctions, les activités, les besoins des salariés sont totalement différents. Comment oser comparer le métier d’un gestionnaire de fortunes avec un logisticien ; comment mettre en parallèle un juriste avec une équipe marketing et communication ; comment simplement imaginer qu’un centre d’appel a les mêmes besoins qu’un courtier ? Tout ces métiers sont pourtant représentés dans une grande entreprise…

C’est pourtant le mode « pour tous ou personne » que beaucoup d’entreprises pratiquent encore. Est-ce par frilosité face à la responsabilité d’expliquer ? Les employés sont suffisamment intelligents pour comprendre l’approche si elle est logique et praticable.

Il faut tout d’abord disposer d’une stratégie des espaces de travail solide et étudiée et tout, mais vraiment tout, inclure dans le périmètre afin que cela soit cohérent, efficient et surtout intuitif pour les employés. Implanter une solution rigide et/ou illogique provoque des réactions et des contournements parfois dangereux pour l’entreprise et les employés.

Le concept doit être suffisamment évolutif et flexible pour ouvrir toutes les options et c’est souvent là que les premiers défis apparaissent, car il y a forcément un moment ou les notions budgétaires vont apparaître. Les questions suivantes tendent à montrer la complexité du sujet :

• Comment faire pour que les espaces soient modulaires mais utilisables par la quasi-totalité du personnel ?

• Pourquoi permettre le télétravail à certains tout en l’excluant à d’autres ?

• Comment disposer le mobilier afin que des « espaces de respiration » soient possibles sans « sacrifier » des surfaces inutilement ?

• Comment éviter des déménagements à chaque changement de chef ?

Comme souvent indiqué dans cette rubrique, la complémentarité et la combinaison des approches constituent certainement les meilleures options pour une équipe qui doit atteindre des objectifs, mais l’approche tactique est essentielle pour éviter les faux-pas.

Bonnes démarches, bonne lecture et à bientôt.

Billets récents

  • Quand l’emballage compte plus que le contenu

    Personne ne peut ignorer que nous vivons une période passionnante, tout au moins étonnante, à bien des égards. Que cela soit dans les domaines politiques, économiques ou même dans le privé et le relationnel.

    Nous sommes arrivés à un stade où la substance et les contenus ont été (très souvent) balayés au profit de la forme et de l’emballage. Le temps semble manquer à toutes et tous pour écouter, dialoguer, argumenter : une vidéo de 90 secondes sur les médias sociaux devient virale, les prises de position à l’emporte-pièce, les « punch line » et les « like » et les « dislike » font partie du quotidien de la majorité de la population. On peut apprécier ou pas, là n’est pas la question…

  • Place de travail : fossé générationnel ou culturel ?

    Un grand nombre d’entreprises du secteur tertiaire ou disposant de grands bureaux administratifs sont confrontées à un dilemme en matière d’espaces de travail. Faut-il s’adapter en fonction des exigences des nouvelles générations ou écouter les « vieux » ? Pour plaisanter, nous pourrions répondre « un peu des deux, mon général » !

  • Externaliser ne signifie pas pactiser avec le diable…

    Externaliser une partie des prestations « non centrales » (« non core business ») de l’entreprise signifie pactiser avec le diable pour certains patrons, tant la perte potentielle de maitrise de l’opérationnel semble représenter une crise existentielle. Il est intéressant de constater que ces mêmes chefs d’entreprises sont capables de faire produire certaines pièces ou partie d’installations ou produits à l’autre bout du monde, mais sont incapables de faire confiance à leurs voisins…

    Que l’on soit clair dès le début : externaliser des prestations ne résout pas tous les problèmes, mais permet souvent de mieux les anticiper, les gérer, les canaliser. A cela, il faut ajouter que si le premier travail d’optimisation n’a pas été effectué par vos soins, ce ne sont pas les prestataires externes qui s’en chargeront pour vous.

  • Qui trop embrasse, mal étreint…

    Je sais, je sais, cette citation est vieillotte, mais elle conserve toute sa saveur et son actualité de nos jours. La notion du temps long et du temps court n’existe pratiquement plus en entreprise, tout devant être effectué rapidement, pour ne pas dire dans la précipitation. Pourquoi pas, si cela permet de mettre tout le monde d’accord et que le personnel n’est pas exagérément mis sous tension inutilement. Que l’on ne s’y méprenne pas, il ne s’agit pas ici de faire l’apologie de la « protection du travailleur » contre le patronat. Il s’agit plutôt de déplorer une nouvelle posture dans beaucoup d’entreprises au niveau du management : il faut tout savoir, tout de suite et dans tous les domaines : ce sont un peu les réseaux sociaux poussés à l’extrême dans l’entreprise. Ne pas savoir quelque chose en qualité de manager est devenu une tare, un manquement, voire de l’incompétence. Et alors ? Doit-on vraiment tout maîtriser à tous les échelons, à toutes les étapes d’un processus ?

  • Débutons 2024 avec enthousiasme…

    Après la trêve des confiseurs, malheureusement de plus en plus théorique dans un monde particulièrement perturbé, nous espérons sincèrement que ce début d’année se présente sous les meilleurs auspices pour toutes et tous. On dit aussi que le passage à la nouvelle année permet de faire des vœux et de prendre souvent de bonnes résolutions. Pour ce faire, il faut regarder 2024 avec enthousiasme et conviction au-delà du verbiage d’usage à cette période. La pression ambiante et les défis sont toujours présents – ce n’est pas un changement calendaire qui va révolutionner le monde en mieux ou en plus mal – mais il faut avoir le courage, l’envie, la volonté de mettre en place des choses positives et, pourquoi pas, essayer de nouvelles approches.

  • Joyeux Noël et Bonne Année…

    Après de nombreux messages et petits articles placés sur ce site durant l’année, il est temps de faire une rétrospective et de se projeter, un peu, dans l’avenir…

    Nous avons essayé d’apporter un éclairage, souvent contrasté, sur les espaces de travail, la manière de travailler, le Facility Management en général avec des angles différents en termes de management, de défis générationnels, de la technologie, etc.

    Avons-nous atteint nos objectifs ? Il semblerait grâce à vous, centaines de lecteurs sur LinkedIn, plateforme de « teasing » pour notre site « spaceonmove.swiss » comportant les articles complets.

  • La tactique avant les connaissances…

    Encore trop souvent, la plupart des grandes entreprises privilégient les connaissances et compétences techniques individuelles, alors que dans la majorité des cas, ce sont les capacités tactiques, la gestion du groupe et de l’approche holistique qui font réellement la différence. A quoi cela est-il dû ?

Contactez-nous

Formulaire de contact
☛ N'oubliez pas d'inclure votre adresse mail ou numéro de téléphone si vous souhaitez être contacté.